Craig Wright menace la BTC et le BCH de poursuites potentielles

Craig Wright Threatens BTC and BCH With Potential Lawsuits


Craig Wright, qui prétend être le créateur de Bitcoin connu sous le nom de Satoshi Nakamoto, a averti le Bitcoin (BTC) et le BCH de cesser d'utiliser la base de données Bitcoin afin d'éviter d'éventuelles poursuites. Il affirme que les deux réseaux peuvent également violer les lois en vertu des termes de la licence originale du CLUF et du MIT de Bitcoin.

L'homme derrière Bitcoin SV dans le récent blog personnel Publier a ajouté qu'il va reprendre le contrôle du système qu'il a créé et qu'il est prêt à se battre pour ses droits cette année.

Argument principal de Craig Wrights

Wrights fait valoir que les droits de base de données Bitcoin distribués sont régis par le Copyright, Designs and Patents Act 1988 (CDPA) et le Copyright and Rights in Databases Regulations 1997 (Databases Regulations 1997). Il faut donc le considérer comme un bien personnel.

Le Dr Wright affirme que la représentation de 21 millions de Bitcoins au total, chacun divisible par 100 millions de Bitcoins, n'est qu'un accord verbal. Le créateur du Bitcoin devrait avoir tous les droits pour réclamer ce contrat unilatéral avec les nœuds à émettre, ajoutant que:

«En tant que créateur de Bitcoin, je conserve les droits sui generis sur toute copie de la base de données créée à partir de Genesis en janvier 2009. Je ne renoncerai pas à la propriété. Je vais l'octroyer une licence et je me suis déjà engagé dans un processus. »

Depuis 2018, Craig Wright est accusé dans un procès déposée au nom de la succession de Dave Kleiman, le dernier partenaire commercial de Wright. La réclamation alléguait qu'après la mort de Kleiman en 2013, Wright s'était illégalement approprié plus d'un million de Bitcoin (BTC) que le duo avait exploité conjointement au cours des premières années de la crypto-monnaie, ainsi que certaines propriétés intellectuelles connexes.

Le nouveau procès avec l'affaire Kleiman a été reporté au 17 avril, et le procès ne se tiendra pas avant juillet 2020. Mais en tout cas, cela ne devrait pas tarder à trouver que toutes ces allégations sont légitimes ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *